La marinière

La marini√®re est le fruit d'une histoire m√™l√©e d'anecdotes qui participent √† son mythe. √Čvoluant avec son temps, elle a su √† la fois conserver et renouveler son image sans rien perdre de sa conception originale qui demeure un gage de confort et de qualit√©. Un h√©ritage qu'elle porte fi√®rement et qu'elle conf√®re √† celui ou celle, homme ou femme, qui la rev√™t.

Une histoire prête à porter Breton

Aperçue dès le XVIIIe siècle, la marinière que nous connaissons a été institutionnalisée pour remplacer les chemises unies à longs pans qui habillaient les matelots et descendaient dans le dos jusqu'aux genoux. À la manière de ces vêtements de corps, ce tricot, plus court et aux manches trois quarts, était destiné à être rentré et camouflé dans et sous le pantalon et la vareuse. C'est ainsi qu'il est défini et incorporé par décret à la liste officielle des tenues de la Marine Nationale en 1858.

R√©serv√© aux quartiers-ma√ģtres et aux matelots, il est tricot√© dans une maille jersey qui lui donne son nom. Cette uniformisation fixe √©galement le nombre de ses rayures horizontales si reconnaissables :

  • ¬ę 21 raies blanches larges de 20 mm et 20 ou 21 raies bleues larges de 10 mm ¬Ľ pour le corps
  • ¬ę 15 raies blanches et 14 ou 15 raies bleues ¬Ľ pour les manches
  • pas de couture ‚Äď √† part au niveau des manches

Ces c√ītes et leurs variations peuvent s'expliquer par les n√©cessit√©s du tissage, d'une marge lors de la fabrication du tricot, de la coupe et de la confection, ou encore par la raret√© de la teinture bleue.

Sous cette apparence si caract√©ristique, la marini√®re constitue pour le matelot un v√™tement s√Ľr, pratique et √©pur√©. L'absence de boutons, de galons et de coutures surnum√©raires ayant, selon les versions, pour point commun avec la pr√©sence de rayures d'√©viter les accidents. Sa et ses lignes si particuli√®res permettaient en effet aux marins de s'accrocher dans les √©l√©ments d'accastillage, mais aussi d'√™tre vus, pr√©venant ainsi les risques de chutes et noyades.

Il faut attendre 1916 pour que ces attributs soient introduits dans la vie quotidienne et civile par Coco Chanel qui réinterprète la marinière homme spécialement à destination des femmes. En lançant pour de bon la mode du célèbre tricot, de sa forme et de ses motifs, elle y ajoute des matières et textures nouvelles, comme la soie. À la suite de Chanel, Yves Saint-Laurent dans les années 60, Karl Lagerfeld dans les années 90, mais surtout Jean-Paul Gauthier participent à cette renaissance et l'inscrivent à demeure dans l'histoire du vêtement.

Des coupes et coloris qui demeurent, mais évoluent au fil du temps

Bien avant le décret de la Marine Royale, le port de la marinière est attesté par des gravures. Dès 1810, ces lithographies représentent essentiellement des pêcheurs bretons et de la Manche qui embarquaient alors avec leurs propres habits. Les tricots étaient plus longs, à la manière des blouses et autres liquettes populaires chez les artisans. Le corps était déjà rayé, d'un seul tenant, cousu seulement à l'emmanchure. Ces vêtements étaient conçus, filés, tricotés, coupés et assemblés par les femmes et filles de marins. Les ouvriers bretons, notamment du port militaire de Brest, ont également participé à la naissance de cette industrie textile renommée. C'est donc tout naturellement que les ateliers de filatures ont continué de se développer en Bretagne.

L'on retrouve la marini√®re bretonne bleue et blanche, surnomm√©e breton stripes (rayures bretonnes) par les Britanniques, sur toutes les cartes postales aux c√īt√©s du cir√© jaunes et des bottes en caoutchouc. Si bretonne, mais aussi so frenchie, elle est devenue, au m√™me titre que la baguette et le b√©ret auxquels elle est le plus souvent associ√©e, un des symboles les plus embl√©matiques de la France √† l'√©tranger. Apr√®s avoir acquis au cours des si√®cles et des usages sa r√©putation, cette marini√®re bretonne s'est d√©clin√©e sans rien perdre des attributs qui ont fait son succ√®s et sa popularit√©. Qualit√© et fantaisie sont aux rendez-vous chaque ann√©e pour vous offrir au gr√© des collections printemps-√©t√© et automne-hiver des v√™tements qui demeurent, malgr√© l'extr√™me vari√©t√© de leurs coupes et coloris, de vraies marini√®res.

Fluide et confortable, ample ou près du corps, la marinière bretonne est un vêtement facile et agréable à porter qui varie selon ses coupes et matières, formes et grammages. De la marinière bretonne traditionnelle au t-shirt fin à manches longues ou courtes, elle procure toute la douceur d'un molleton au toucher classique ou velours 100 % coton. Chaque article existe en plusieurs coloris et taille plus ou moins grand ou petit dans le respect du style et de l'originalité de la coupe. Des modèles rayés écru et bleu marine, bleu marine et rouge ou écru qui permettent d'alterner styles et associations à volonté. Brodés ou imprimés, ils sont composés pour plaire et s'adapter en toute liberté aux hommes et aux femmes de notre temps.

Les marinières pour Homme : assurance et dynamisme

V√™tement de travail tr√®s sp√©cifique, la marini√®re a int√©gr√© le dressing masculin √† la mani√®re du pantalon de velours. Du pratique au confortable il n'y a qu'un pas que la marini√®re Homme a rapidement franchi. Pour fl√Ęner le long des plages ou se d√©tendre apr√®s la randonn√©e, travailler chez soi ou sortir entre amis, elle accompagne l'homme moderne quelle que soit son activit√©. Elle fait ainsi ais√©ment √©quipe avec un duffle-coat ou un caban, des chaussures bateau ou derby, un bermuda ou un pantalon de gabardine. C'est un v√™tement robuste qui vous conf√®re assurance et dynamisme quels que soient les circonstances et les d√©fis.

La marini√®re homme s'est popularis√©e aupr√®s des vacanciers estivants avec l'arriv√©e des cong√©s pay√©s et la mode des bains de mer √† partir des ann√©es trente. De Pablo Picasso √† √Čric Tabarly en passant par Marlon Brando, James Dean et Boris Vian, elle a travers√© tous les √Ęges et styles. Elle propose depuis un choix sans cesse renouvel√© aux touristes et plaisanciers, comme √† tous les amoureux de la mer. Elle supporte tout aussi bien les accessoires de ville que les √©quipements techniques pour donner √† celui qui l'arbore un look dandy ou sportif. Id√©ale sous une vareuse ou un cir√©, elle aime √©galement √™tre mise en avant et appara√ģtre comme la pi√®ce principale de la tenue.

Breton pur beurre ou de cŇďur, capitaine, papa ou papy breton, vous trouverez certainement la marini√®re homme sympathique ou dr√īle qui vous ressemble au quotidien.

Les marinières pour femme : finesse et indépendance d'esprit

Longtemps r√©serv√©e aux hommes, la marini√®re est devenue un v√™tement f√©minin √† part enti√®re, quoique moins r√©pandu, plus t√īt qu'on ne le pense en v√©rit√©. On la retrouve en effet d√®s les ann√©es 1870 o√Ļ les femmes de la haute soci√©t√© portent tenues de bain et robes ray√©es. √Ä leur exemple, plusieurs √©crivaines, Colette en premier lieu, vont endosser l'habit marin : le tricot, mais aussi le pantalon de matelot. Un geste qui fait suite √† leur passage en Bretagne, lieu de vill√©giature tr√®s en vogue, mais qui s'inscrit √©galement dans un d√©sir de revendication et d'√©mancipation tr√®s fort. Cette r√©appropriation du v√™tement masculin ne sera plus contest√©e apr√®s sa r√©interpr√©tation par Chanel. Brigitte Bardot, Kate Moss ou encore Kathy Perry sont d'ailleurs de fid√®les √©g√©ries du c√©l√®bre tricot.

√Ä la mani√®re de la chemise, du trench-coat ou du jean avec lesquels elle se marie id√©alement, la marini√®re femme s'est progressivement impos√©e comme un must have de la garde-robe. Pi√®ce f√©tiche ou accessoire remarquable, elle appara√ģt r√©guli√®rement dans des collections capsules o√Ļ elle conna√ģt un succ√®s irr√©futable. Ind√©modable, mais aussi customisable, brod√©e ou personnalis√©e, elle permet d'afficher un go√Ľt s√Ľr et d√©contract√© en m√™me temps qu'une √©l√©gance intemporelle. Assortie d'une veste en cuir ou de toile, d'un short ou d'un pantacourt, d'un foulard ou d'une √©charpe, d'escarpins ou de tennis, la marini√®re s'accorde √† vos besoins et envies. C'est un v√™tement qui allie qualit√© et fantaisie, finesse et ind√©pendance d'esprit.

Classique ou boh√®me, maman ou mamie bretonne, Bretonne de cŇďur ou pur beurre, it-girl ou fashionista, la marini√®re femme est une alli√©e chic ou choc de tous les instants.